Jeunesse

Elixir tome 1 d’Hilary Duff.

Je l’avoue sans grande fierté : j’ai lu ce roman à cause de son auteure. J’étais jeune quand la série d’Hilary Duff passait à la télé et j’étais fan. Je sais. Actrice ne signifie pas auteure. Je l’ai appris à mes dépends en lisant ce livre. Et pour tout avouer, je l’ai même donnée à ma petite cousine tellement j’étais frustrée d’avoir dépensé de l’argent dans un tel livre. 
Fille d’une politicienne de renom et d’un chirurgien réputé, Clea Raymond ne se remet toujours pas de la disparition –et déduite mort- de son père. La photographie et une mission pour un journal lui donnent l’occasion de se rendre à Rio, ville où la jeune femme voit physiquement et pour la première fois, l’homme qui apparaît sur toutes ses photographies. Déterminée, elle s’engagera dans une bataille pour un Elixir qui remonte à plus de cinq cents ans… 
Je n’aime pas du tout les livres historiques, ou même évoquant des faits seulement, mais je dois dire que sans cela, le roman m’aurait paru peu réaliste, aussi furent-ils les bienvenus. Naviguer entre Olivia, Anneline, Delia et Catherine fut ce qui me plut le plus et qui encouragea un certain suspens à s’intensifier à la lecture. Ces rêves nous plongent dans une autre époque, et nous intriguent lorsqu’on s’aperçoit que Clea ne fait qu’une avec toutes ces femmes. Et puis il y a toute l’intrigue autour de ce mystérieux garçon qui s’incruste dans les rêves, mais aussi les photos. Au début, ok, ça passe, c’est bizarre ! Mais au bout d’un moment, on voudrait que ça progresse, que ça se complexifie, que l’auteure invente autre chose… Ce qui n’arrive pas vraiment.
Contrairement à certaines critiques que j’ai pu lire… Je n’ai pas du tout aimé le choix de Clea quant à l’homme de sa vie. M’étant trop attachée à ce protecteur et attentionné Ben, le voir ainsi dégradé, traître et déconsidéré, m’a attristée et je dois dire que j’aurais largement préféré qu’elle le choisisse à la place de Sage. De plus, je trouve Clea trop dure avec Ben. En fait, la véritable raison de ma frustration, c’est que c’est un moyen pour l’auteur de choisir la facilité : pas besoin de créer de nouveaux personnages méchants, de leur faire un passé… Non, hop, un ami devient traître. Mouais. 
Quant à la plume : elle est simple, efficace. Il faut aussi avouer que ce n’est pas vraiment Hilary Duff qui l’a écrit… Mais plutôt une auteure avec qui elle était en partenariat. Je ne crois pas me tromper en disant qu’il y a des erreurs de temps dans ce roman, en plus de l’alternance relativement lourde entre le passé et le présent tout au long du récit ! En somme, vous l’avez compris, ce n’est pas du tout un coup de cœur, ni même une recommandation.
Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s