Jeunesse

Le sanctuaire (Fablehaven tome 1) ~ Brandon Mull.

Je voudrais remercier Marion, une amie, pour m’avoir prêtée ce livre qu’elle n’avait pas tellement aimé et dont le tome cinq est beaucoup lu en ce moment même sur la blogosphère, ce qui m’avait tentée à la base -oui parce que la couverture… Y a mieux ! Personnellement, je n’ai pas du tout été déçue de cette lecture !

Fablehaven, c’est le récit d’un mystère qui entoure deux grands-parents que les petits-enfants ne connaissent presque pas. Alors que les parents de Kendra et Seth partent en croisière selon la dernière volonté de leur aïeule maternelle, les enfants sont confiés aux aïeux paternels. Seuls dans cette propriété singulière et immense, ils sont confrontés à une liste interminable de règles pour leur propre protection. Mais règles et enfants ne font pas toujours bon ménage.

Les personnages ont tous une importance ! Kendra est une adolescente de quatorze, timide et très bien élevée. La petite fille modèle. Son frère, Seth, est son exact opposé : cancre, curieux et vagabond. Grand-père Sorenson, lui, a un caractère solitaire, autoritaire et sur-protecteur. Sa femme lui ressemble beaucoup. Comme on le devine, les ennuis viennent par la faute de Seth et, de tous les personnages, il est celui que supporter fut le plus difficile. Ses erreurs ne lui servaient pas de leçon et il enchaîne bêtise sur bêtise. Mais il y a aussi : Hugo, Dale, Léna, Warren… A Fablehaven, chacun a sa place, son travail, ses préoccupations.

L’intrigue s’installe lentement et, même, en soi elle n’est pas vraiment. Ce ne sont que des successions d’enchaînements : il n’y a pas de traître. Mais on se laisse prendre à ce jeu, conscient que malgré la féérie du lieu, tout y est dangereux.On comprend aussi que cela s’étendra sur plusieurs tomes puisque du moment où il y a du danger, beaucoup de chose peuvent se passer.

Ce qui m’a le plus enchantée est sans conteste les descriptions, l’ambiance, la magie de Fablehaven. En lisant ce livre, on devient complice du secret, gardien du sanctuaire. On entre dans un monde qui, finalement, semble si facilement intégré, dissimulé dans le nôtre que l’on se dit que de tels endroits peuvent exister…! Le point négatif de ce roman réside en le fait que l’écriture de Brandon Mull s’adresse véritablement aux plus jeunes ! Mais de toute façon, nous sommes prévenus dès le départ : Kendra n’a que quatorze ans et son frère est encore plus petit.

Pour conclure, Fablehaven est très jolie découverte, qui fait travailler agréablement l’imaginaire et donne le sourire. Je me laisserais bien tenter par la lecture de la suite si je parviens à me le procurer, ne serait-ce que pour le plaisir des paysages et des fées ! Je le conseille aux amateurs de la nature et donc, aussi, aux jeunes adolescents.

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s