Jeunesse

Frisson (Les loups de Mercy Falls tome 1) de Maggie Stiefvater.

Les loups de Mercy Falls est une saga qui est beaucoup suivie. De ce fait et par les titres attrayants des livres, je comptais m’acheter le premier tome, histoire de voir de quoi il retournait ; or, celui-ci était présent au C.D.I. Que demander de mieux ?
Grace est une adolescente solitaire et fascinée par les loups dont la forêt qui borde sa maison est le refuge. Petite, ils l’attaquèrent. L’un d’entre eux la sauva et depuis, Grace ne cesse de guetter ses venues, la nuit tombée. Un jour, un élève de mauvaise réputation de son lycée est retrouvé mort. La chasse aux loups est ouverte et l’adolescente prend le parti de sauver son loup, coûte que coûte.
Ce qui ne me tentait pas vraiment dans cette saga, résidait en l’impression d’un Twilight version Jacob… Et personnellement -ça n’engage que moi-, je ne suis pas du tout fan de cette saga. Donc, je suis partie avec une très mauvaise impression lorsque, de plus j’ai constaté que les points de vues s’alternaient comme dans Breaking Dawn. Ce fut le côté négatif du roman.
Grace est quelqu’un de solitaire, qui aime lire, rêver, et qui ne se sent pas à sa place : le personnage romantique typique. Mais au-delà de cela, sa fascination pour les lycanthropes est en fin de compte une véritable mélancolie à ne pouvoir les rejoindre. Le personnage devient aussitôt plus intéressant car on sent qu’il y a anguille sous roche. Sam, lui, est le loup. Quand bien même on ne décrirait pas ses pensées etc. avant de connaître son prénom, que celui-ci est déjà révélateur de sa particularité. Sam, c’est le nom lupin par excellence. Pour autant, il n’est pas un dieu physiquement parlant, il a des défauts, une histoire lourde, et est passionné de Grace, autant qu’elle est de lui. J’aime vraiment la créature, le garou, aussi ne voulais-je pas lire un récit mièvre où le loup serait inoffensif et à portée de main. Hors, l’avenir de Sam en tant qu’humain est compromis, et les loups dans ce roman sont tout, sauf inoffensifs. Shelby et Jack en sont les plus flagrants exemples. 
Tout au long du roman, on ressent la peur des personnages : celle de perdre l’autre pour toujours, en vue de la situation de Sam, puis peu à peu celle de Jack, de Shelby, des loups en général. On se laisse bercer par les sentiments des personnages, les évènements me sont apparus comme une gifle sans que je ne m’y attende le moins du monde. Olivia et son aventure m’ont le plus sidérée ; mais le dernier quart du livre m’a aussi bien tenue accrochée au roman par l’angoisse. Les derniers chapitres furent douloureux à lire, la léthargie et le besoin qu’exprime Grace, puis Sam, sont vraiment parfaitement retranscrits. Enfin, la fin m’a coupée le souffle.
C’est donc une agréable lecture, une très bonne surprise et je me suis laissée emporter malgré mes réticences du départ avec plaisir. J’ai vraiment hâte de retrouver Sam et Grace, ainsi que, je l’espère Olivia, Rachel et Beck. Un peu moins Shelby, je l’avoue. Je vous conseille de lire ce livre parce que, pour mon premier Maggie Stiefvater, je suis très satisfaite !
Publicités

Un commentaire sur “Frisson (Les loups de Mercy Falls tome 1) de Maggie Stiefvater.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s