Jeunesse

Delirium (Delirium tome 1) de Lauren Oliver.

C’est un roman qui a été un coup de cœur pour beaucoup de blogueurs et puisque la dystopie est un genre en pleine expansion, je ne pouvais donc pas passer à côté. Je dois dire que comme toujours avec moi, je m’y suis lancée tête baissée. D’ailleurs, je n’ai pas lu le résumé tout de suite –j’ai toujours peur des spoilers- et celui-ci donne énormément envie, je dois avouer. Au final, je ne m’attendais pas à découvrir une lecture aussi poignante et une écriture si torturée !

Magdalena est une jeune fille aux ascendants gênants, hébergée chez sa tante. Elle est à trois mois de son Protocole et pas très loin de sa guérison. Elle a hâte, craignant d’être contaminée comme sa mère avant elle. Mais Lena ouvre un peu les yeux, remarquant l’agissement singulier de sa meilleure amie, se laissant guider par un jeune homme qu’elle croyait guéri. Elle déterre le passé et prend conscience de secrets soigneusement gardés.
C’est la deuxième dystopie que je lis… La première étant Hunger Games tome un. Je dois dire que ce genre me fait beaucoup rire. C’est tellement rocambolesque, et pourtant on se dit que ça peut facilement nous tomber dessus. Bref. Supprimer l’amour et l’affection en général, ça n’annonçait pas du tout gai. Et effectivement, on n’en a pas vraiment, de la joie.
Lena est une adolescente façonnée par les idées que la société véhicule afin d’éduquer les mentalités dans un réflexe d’obéissance complet. Elle est naïve, presque niaise. Bernée. Puis son personnage évolue et on la voit commencer à posséder, à émettre ses propres avis, à répondre à ses envies. Le changement se fait progressivement et on le suit avec elle, redécouvrant le monde à travers sa vision nouvellement ouverte. Surtout après sa rencontre avec Alex -un schéma relativement classique dans les dystopies : l’amour ouvre les yeux sur la réalité d’une société totalitaire.
J’ai beaucoup aimé le personnage d’Alex. Oui ce sera son amoureux, on le devine immédiatement, je sais. Mais au-delà de cela. J’ai aimé ce qu’il représentait. Le passé, l’amour, l’espoir, la haine. Tellement de choses à la fois. Oubliées, renâclées, inconnues à Lena. D’autant que lui aussi a eu une histoire difficile, qu’il connait les sentiments de l’héroïne dans ses découvertes. Et on s’accroche à lui, on a la sensation qu’il pourrait la sauver de ce monde sans sentiments.
L’écriture de Lauren Oliver est belle, elle s’adapte parfaitement avec l’ambiance du roman et la personnalité de Lena. C’est poétique avec des tendances tragiques. J’aime beaucoup sa plume, c’est une écriture qui creuse les sentiments, parfois répétitive, ce qui crée un rythme et qui va plus au fond des choses. On est emporté par l’auteur, par ses mots, et je me suis parfois arrêtée dans ma lecture pour noter quelques citations parce que vraiment, c’est une très belle écriture. Le monde qu’elle a créé est tout simplement à couper le souffle. On se bat soi-même pour ses sentiments, j’ai trouvé cela écrit et structuré.
Et puis cette fin. Je ne sais vraiment pas comment supporter l’attente jusqu’au second tome. Sciée sur place, étais-je. Je ne peux dire que ça. Waouh ! Et au secours ! Ce n’est pas possible. Je suis certaine que si je le relis, je pleurerais encore. La surprise m’en avait juste empêchée. C’est magnifique et absolument insoutenable. Découverte du concept du cliff-hanger : grosse claque !
Vous l’aurez compris, j’ai été complètement conquise par ce livre ! Je signe définitivement avec la dystopie et surtout avec cette saga ! Non seulement je compte m’acheter la suite, mais aussi d’autres romans de l’auteure, comme Le dernier jour de ma vie.
Publicités

2 commentaires sur “Delirium (Delirium tome 1) de Lauren Oliver.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s