Littérature Anglophone

Corbeau l’intégrale ~ Patricia Briggs.

J’avais lu le tome un il y a maintenant… Quelques années. Mais impossible de trouver la suite. « Indisponible » scandait les sites de ventes en ligne. Et puis, tout à fait par hasard, alors que je guettais le site de Milady sur les sorties du mois, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant l’intégrale des deux tomes qui ne tarderait pas à être éditée ! Ni une ni deux, il devait être à moi, j’avais trop aimé le premier tome pour qu’il en soit autrement.

Séraphe a rencontré Tiër, un ancien soldat, avec qui elle fondera un foyer. Elle est mère de trois enfants : Lehr, le Faucon, Jës, l’Aigle et Rinnie, la Cormoran. La jeune femme est une des dernières descendantes de son peuple, Les Voyageurs, et chacune de ses progénitures porte un ordre –elle-même étant un Corbeau. Si elle a sauvé Tiër de sa geôle, tous deux savent que la vengeance du Ténébreux s’abattra sur eux pour avoir contrecarré ses plans. Un voyage en quête de la ville disparue de Colossaë semble alors inévitable.

Corbeau, c’est une saga médiévale-fantasy. Quand j’ai lu le premier tome, j’étais déjà fan de Mercy Thompson et la maturité qui imprégnait ce roman vis-à-vis de sa saga bit-lit m’avait frappée. Au-delà de l’histoire, avec Corbeau, il y a aussi l’écriture encore plus travaillée de l’auteure, et tout ce monde qu’elle crée, toutes ces légendes, cet art de conteuse, que l’on retrouve dans L’épreuve du loup avec Aralorn. C’est un livre plus profond, un genre qui correspond, on le ressent à la lecture, beaucoup mieux à l’auteure.

Si le premier tome est la plupart du temps narré par Séraphe –bien qu’à la troisième personne-, celui-ci a un éventail de points de vues beaucoup plus larges, sans que cela ne vienne déranger la lecture. Les personnages de cette saga possèdent tous un vécu, une histoire plus ou moins marquante, triste. Séraphe est particulièrement pourchassée par son passé d’ailleurs, comme le veut la vie de tout Voyageur et principalement ceux dotés de l’ordre du Corbeau. Dans ce tome-ci, ce sont donc majoritairement des remises en questions des personnages. L’épouse, mère et fermière en quelque sorte, se culpabilise d’avoir renoncé à la quête que poursuit son peuple tandis qu’elle coule des jours presque heureux dans sa maison à Reidern.

Mais surtout, dans ce deuxième tome, un personnage que l’on avait du mal à cerner est centre d’attention : Jës. Il est doté de l’ordre le plus dangereux, le plus lourd à porter. Il incarne une certaine énigme, et ce, même pour les plus anciens Voyageurs. L’Aigle est l’ordre le plus protégé et secret de tous. Or, on le découvre, on apprend son quotidien, sa vie avec son autre lui, le Gardien. J’ai trouvé cela intéressant ! Et surtout, touchant. Car Jës en souffre beaucoup. Et le Gardien aussi.

En ce qui concerne l’intrigue, j’avoue m’être laissée totalement menée par le bout du nez du tome un au tome deux, alors là…, chapeau ! Pourtant, à la fin, ça paraissait outrageusement évident ! Je suis un bon public, du coup, on peut dire. Mais je ne pense pas que même si avec le recul ça semblait évident, on puisse être déçu de la fin. Patricia Briggs parvient toujours à nous surprendre, ne serait-ce que par la manière dont elle fait arriver ses personnages au stade où elle l’a décidée.

La mythologie est très présente dans le roman, j’ai beaucoup aimé, d’autant plus que ce sont des dieux peu communs que créent Patricia Briggs, des Dieux qui auraient vécu parmi les hommes. Au-delà de cet anthropomorphisme, elle développe autour d’eux des croyances, des rites et une religion évidemment. Cela complète et enrichit l’histoire qui, par son côté médiéval, ne pouvait se passer d’une forte présence de foi dans le cœur des personnages et dans la régulation de leurs vies.

De cette façon, c’est donc très satisfaite que je referme ce livre. Si je critiquais les descriptions trop étendues, trop nombreuses dans ses sagas bit-lit, ici elles ne dérangent pas du tout, bien au contraire. Patricia Briggs a un véritable talent de conteuse et elle nous embarque dans son univers, nous permet de nous évader l’espace de mille pages. A tous les amoureux de fantasy, je vous le conseille très fortement !

Publicités

3 commentaires sur “Corbeau l’intégrale ~ Patricia Briggs.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s