Jeunesse

L’héritage (L’Héritage tome 4) ~ Christopher Paolini.

Cette saga a accompagné l’adolescence de nombre d’entre nous, lecteurs, un peu à l’image de Harry Potter. Pour moi, elle se termine aujourd’hui et ça me fait bizarre. Douze ans que cette aventure a commencé pour l’auteur, pour moi, je ne saurais le dire. Je ne me souviens plus de quand ai-je posé ma main sur son premier tome, Eragon, mais je me souviens avoir juré de faire désormais attention à ce que je lisais en fantasy, suite à cette lecture. Peu de saga l’égalent à mes yeux -Les chevaliers d’Émeraude, A la croisée des mondes, Autre-Monde, Corbeau et Les royaumes invisibles
C’est l’ultime bataille et, malgré ses craintes et les nombreuses pertes, Eragon est sommé d’apprendre, de s’endurcir et de vaincre. Le sang coule sur ses mains et sur celui des Vardens, mais pour tous ceux qui sont tombés à leurs côtés, il est primordial de gagner. Cependant, Murthag les tient en respect, Nasuada est prise aux mains de Galbatorix et Orrin ne s’avère pas très coopératif ; tout repose à présent sur le jeune Dragonnier, qui n’a jamais voulu ça. Pourtant, avec Saphira, ils déterreront les secrets les mieux gardés et se battront jusqu’à leur dernier souffle. 
Ce quatrième tome, à l’aide des conquêtes des villes, nous permet de voyager dans l’Alagaësia. On découvre ou redécouvre des cités, des personnages, ennemis comme alliés. Eragon apprend sur l’univers des choses qui nous sont, de nos jours, basiques, mais qui l’émerveillent, lui. C’est un tome vraiment accès sur la connaissance, de soi, du monde, des langues, des âmes. Comprendre pour guérir et améliorer les maux du monde, pour se forger et devenir quelqu’un de bien, quelqu’un qui sait qui il est réellement. C’est agréable de parcourir le pays sur le dos de Saphira, de revoir, et malgré l’état déplorable dû à la guerre, les endroits qui ont marqué les milliers de pages que comptent ces livres réunis. 
On assiste au changement définitif d’Eragon, sa découverte (ah non, je ne dirai rien !), bien sûr, l’y aide mais il est toujours impressionnant de voir combien l’adolescent mal dans sa peau et en deuil a parcouru de chemin pour devenir l’un des plus grands magiciens du royaume et assurément l’homme le plus respecté de celui-ci. Sa relation avec Saphira est poignante dans ce tome, où l’on prend réellement conscience de leur peur de la séparation et du bonheur qu’ils ressentent à être ensemble. J’ai souri d’émotion plus d’une fois lorsqu’Eragon s’appuie sur elle et qu’ils restent ainsi… Des gestes simples, mais empreints d’une signification au-delà de tout.
Les autres personnages sont aussi changés, bien sûr, par la force des choses. Arya, surtout, et si je sais certains déçus pour eux deux, je trouve cette fin juste et beaucoup plus optimiste que ce que j’avais imaginé pour leur relation. Elva, surtout, m’a impressionnée. Si l’on ressent la frustration d’Eragon face à son comportement, l’auteur nous oblige aussi paradoxalement à la comprendre et à respecter ses choix quels qu’ils soient. Ce qui l’empêche de passer pour une gamine capricieuse. Enfin, il y a Murthag et Nasuada. Je n’y aurais jamais pensé… Et j’avoue que je suis très contente du choix de l’auteur parce que… en fin de compte, c’est parfait. Je m’arrêterai là, parce que la liste est grande et que je choisis ceux qui m’ont le plus marquée, mais les autres sont tout aussi importants. 
La fin n’a rien de joyeux pour Eragon et Saphira, les rugissements de détresses et les pleurs du garçon le prouvent… Cependant, entre les promesses, les sous-entendus et les non-dits, on peut espérer qu’à l’aide de leur immortalité, ils soient un jour heureux auprès dès leurs. Donc, finalement, je dirais que cette conclusion me convient vraiment. 
Ce tome m’a émue au-delà de ce que je pensais, j’en prends conscience en écrivant ces mots. Le troisième m’avait tellement déçue que je ne songeais pas trouver un tel plaisir dans la lecture de celui-ci. Je me suis largement trompée, et j’en suis très heureuse. Cette page qui se tourne fut magnifique et je conseille cette oeuvre à tous ceux qui ont adoré les autres.
Publicités

Un commentaire sur “L’héritage (L’Héritage tome 4) ~ Christopher Paolini.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s