Jeunesse

Anna and The French Kiss de Stephenie Perkins.


C’est un livre que j’ai découvert sur le blog Des mots, des livres. A la base, c’était censé devenir ma première lecture V.O., mais entre temps, il y en a eu cinq autres ! Après la lecture du dernier tome de l’Héritage, je désirais quelque chose de simple, de mignon, et avec une dose d’histoire d’amour importante. Je dois avouer que mes attentes ont été clairement comblées.

Anna est américaine, venant d’Atlanta, elle laisse derrière son petite frère Sean, âgé de 7 ans et sa mère, sur une décision prise par son père, un écrivain célèbre qui désire être bien vu en envoyant Anna dans une SOAP (organisation permettant aux élèves étrangers d’intégrer des écoles « bilingues »). Anna se retrouve propulsée à Paris, qu’elle ne connait que par le film, Le Moulin Rouge, car c’est une grand amatrice de cinéma. Elle ne parle pas un mot de français et n’a quiconque sur qui se reposer. Il lui faudra se refaire des amis, affronter une peine de cœur, subir nombre de désillusions, avant de pouvoir réellement aimer Paris.
 

Le livre en lui-même est déjà très original. Cela ne se voit pas sur l’image de l’article, mais la couverture a des rabats, et les pages sont… Eh bien, elles composent comme des feuillets et possèdent une couleur particulière, en fait, on dirait un livre écologique. J’aime bien l’idée, et ça lui permet de se distinguer des autres, ce qui est un premier atout. Ensuite, je dois avouer que la première de couverture est sympa, avec Anna et Étienne -bien qu’on ne le voie pas, lui-, les tons sont doux et annoncent une lecture agréable.

L’histoire est classique, au début du livre. Cependant, l’auteure sait jouer avec ce cliché de « nouveau pays, nouvelle vie, nouveau lycée ». Tout d’abord parce que chaque personnage compte dans le parcours d’Anna, que chacun d’entre eux lui permet de grandir et de comprendre quelque chose ; mais aussi parce qu’ils ont tous leur propre quête et qu’ils paraissent tous réels, grâce au minimum d’attention que leur réserve l’auteure.

En ce qui concerne le côté français, pour lequel je suis toujours inquiète (cf Le livre perdu des sortilèges où les surnoms étaient mal choisis ; Die for me, où le prénom des personnages sonnaient faux)… Je dois dire que l’auteure s’en sort très bien ! Il y a juste l’insulte que sert constamment Amanda et qui ne me semble pas être la plus courante : skunk (mouflette)… J’ai particulièrement aimé lorsque, à la fin, Anna prend conscience de combien elle a progressé dans la langue ! Ça fait envie !

Anna est quelqu’un d’exceptionnel. D’abord parce que j’admire sa passion pour le cinéma, sa culture dans ce domaine ; puis pour tout ce qu’elle fait. Elle désire être bonne envers tout le monde, elle parvient à faire sortir de son malheur Etienne alors que les autres y échouent lamentablement… Et puis elle s’accuse d’être hyper égoïste. C’est principalement ce qui me fait la trouver exceptionnelle. Le fait qu’elle n’est pas conscience de combien elle est attentionnée et altruiste. Alors certes, lorsqu’elle tombe amoureuse, des pages entières sont consacrées à « I love this one because… », « I love this on this one because… » ; mais c’est rattrapé par ce que lui sort Étienne, au téléphone, lorsqu’elle pense être la pire égocentrique de la terre et ne pas avoir quémandé de ses nouvelles : « This is the first thing you did when you answer, Anna ! ». Je ne sais pas pourquoi ça m’a tant marquée, enfin, si je le sais, mais sorti du contexte, ça n’a pas le même effet…
 

Le développement de la relation d’Anna et St. Clair/Étienne est particulièrement lent et bourré d’obstacles. C’est un point qui m’a plu, car j’aurais trouvé étrange qu’elle décide tout de suite draguer quelqu’un, bien qu’elle le trouve magnifique, tout en se persuadant qu’elle rentrera à Noël chez elle. Chaque moment entre eux au début du livre, est un point d’interrogation et l’on se pose autant de questions que la jeune fille ! Puis, les évènements, bien que tragiques, leur permettent de se rapprocher et, sans qu’Anna l’avoue, on voit tout de suite qu’Étienne est vraiment celui qui lui correspond. L’échange de mails est juste génial, drôle et poignant à la fois, avec de nombreux sous-entendus. Leur relation passe par tous les stades, elle est indéterminée, indispensable à l’autre, douloureuse, compliquée, impossible, désirée trop fortement… Bref, ça en devient chaotique et cela ne nous donne que plus envie de les voir ensemble !

Ma chronique est très longue -j’en prends conscience à l’instant-, mais je crois que c’est parce que ce livre figure dans mes coups de cœur. Ce n’est pas juste une lecture d’été simple, agréable et vite pliée. Ce ne sont pas des jeunes adolescents qui subissent les premières peines de l’amour. Ce n’est pas que ça. Ce sont des vies et des chemins parcourus, des êtres qui se cherchent, des liens qui se nouent et se dénouent, c’est un message. Trouver sa place dans ce monde est difficile et parfois il suffit juste de savoir regarder autour de soi. Voilà ce que je retiendrais de ce livre.

Je le conseille fortement à tous les amoureux d’histoires d’amours adolescentes. En fait, je classerais presque ce livre avec les Sarah Dessen, les Gayle Forman et les Nicholas Sparks. Je me tâte à savoir si j’achète le roman compagnon, Lola and the boy Next Door. J’avoue avoir un peu peur de moins aimer, à cause de l’héroïne, qui est très loin de me ressembler, et l’extrait à la fin du livre ne m’a pas plus emballée que ça, aussi, pour ceux qui l’ont lu, qu’en pensez-vous ?

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s