Jeunesse

La sélection tome 1 de Kiera Cass.


Je dois avouer que j’étais vraiment perplexe sur ce roman. Je l’ai acheté pour sa sublime couverture, je bavais dessus, il me le fallait absolument. Puis j’ai commencé à le lire et je trouvais certains points incohérents, alors j’ai mis le livre en pause pendant un mois au moins. Suite à Anna and the french kiss, je voulais encore une histoire d’amour et la seule que j’avais en français -après un livre en anglais, petite pause dans notre langue sinon je vais inventer un dialecte !- et j’ai repris La Sélection. Si le début m’avait laissée sceptique, je suis désormais accro.

America Singer est une Cinq. Sa famille compte sept membres et manger n’est pas toujours facile pour eux. Sa mère, qui la considère plus comme un moyen que comme sa propre fille, la pousse à s’inscrire à La Sélection, une émission qui désignera la future princesse du royaume d’Illéa. Le problème ? America est amoureuse d’un Six, Aspen, et elle hait le prince, Maxon. Cependant qu’en sera-t-il une fois qu’elle vivra dans le palais royal ?

Comme précisé au-dessus, il y a, au début du livre, un fait qui m’a quelque peu rebutée dans ma lecture. Nous découvrons la vie d’America, une partie de son quotidien, sa famille, son absence d’amis, et son petit-ami secret. Mais ! voilà qu’arrive le concours et ! qu’Aspen l’encourage à y participer. Certes, il ne veut pas la condamner à destin de six, blablabla… Mais la jeter dans les bras du prince ? Ça m’a paru invraisemblable et choquant ! On parle quand même d’un mariage. Bien sûr, après, ce n’est que mon avis.

Une fois ceci surmonté –les cent cinquante premières pages, en arrondissant largement-, j’ai fini par vraiment me plonger dans l’histoire. D’abord parce que si America et moi ne partageons pas beaucoup de points communs, on se rend très vite compte qu’elle est quelqu’un de bon et, assurément, mieux placée vis-à-vis de ses camarades –inutile de préciser à qui je fais référence, huh ? Céleste ! quelle garce. C’est une héroïne pleine de vie, qui a ses propres opinions et qui n’a pas peur de les exprimer sans jamais pourtant devenir désobligeante. J’ai beaucoup ri tout au long du début de sa relation avec Maxon, de part ses réactions… Radicales ? C’est tout à fait le mot.

Je ne me rappelle pas avoir autant ri dans une dystopie (–pour celles que j’ai lues : Délirium nous achève, Promise nous rend tous mielleux, Ephémère nous stresse, Divergent nous rend électrique, Hunger Games nous pétrifie, Gone nous révulse contre tant de cruauté). La Sélection, c’est en fait un mélange de toutes les dystopies : une émission télé et un présentateur (THG) ; les castes (toutes) ; les rebelles (toutes) ; un homme, des femmes (Ephémère). Mais l’auteure innove aussi avec le fait qu’Illéa soit un royaume et que, du moins dans ce tome, l’héroïne ne tombe pas amoureuse d’un marginal de ces sociétés parfaites.

La relation entre Maxon et America se développe surtout par des sous-entendus. La jeune fille ne réalise pas ses sentiments, et Maxon s’efforce de les lui faire comprendre sans les lui imposer. C’est un peu niais, aussi, innocent. En effet, le prince n’a jamais connu d’aventure, il est totalement novice en la matière, et, si America n’est pas beaucoup plus avancée, elle a néanmoins déjà enlacé et embrassé un homme. Je craignais que le souvenir d’Aspen n’empêche leur relation d’avancer, et je suis heureuse de voir que ça n’a pas été le cas. Finalement, on s’attache très facilement à Maxon, qui n’est pas du tout le typique Prince stupide et timide qu’America se représentait.

La fin est frustrante. Il n’y a pas d’autre mot. Utiliser du passé simple dans la dernière phrase ? C’est de la pure torture, on a l’impression qu’un chapitre nous attend si on tourne la page… Mais non. Même si j’ai choisi mon camp, on balance beaucoup à la fin entre les deux garçons et, je peux parfaitement comprendre que certaines ne sachent pas lequel des deux choisir ! Pourquoi les dystopies finissent-elles toutes aussi abruptement dans leur premier volume ? Est-ce une loi ? De plus, l’éminence des batailles à venir avec les problèmes que posent les renégats…! Tout cela laisse présager beaucoup d’actions dans le tome suivant !

Je vais dévorer le deuxième tome dès qu’il sortira, je n’attendrais pas la v.f., je ne peux pas ! Je conseille ce livre à tous les amoureux du genre, et à ceux qui, pourquoi pas, veulent s’y essayer ! Entre une couverture sublime, une intrigue intéressante, des personnages attachants et une écriture très agréable, La Sélection se place parmi les coups de pouce de l’année !

Publicités

5 commentaires sur “La sélection tome 1 de Kiera Cass.

  1. Oh mon Dieu !!! j'adore ta critique!!!! J'aime vraiment beaucoup la comparaison du livre dystopique qui mélange les genres. Je n'y avais jamais pensé et tu as tout à fait raison. Je viens du Québec et j'ai vraiment hâte que le tome 3 sorte!!! Dans quelques jours….

    J'aime

  2. Je suis pas du tout inquiète !!!! Je crois que je vais vraiment l'adorer 🙂 Depuis le temps que j'attend ce livre !!! J'ai juste peur de terminer la série parce que je me suis attachée au personnage au fil des années :$ Tu dois ABSOLUMENT! Lire le tome 2 et ensuite lire le dernier. De plus , il y a deux nouvelles inédites: une sûr Maxon et l'autre sur Aspen. J'ai lu celle de Maxon et l'envie de lire le troisième est un vrai supplice !!! 🙂

    J'aime

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s