Jeunesse

Pandemonium (Delirium tome 2) ~ Lauren Oliver.


Delirium, c’est une trilogie qu’on ne présente plus dans le monde des dystopies, une référence à avoir lue et dont, vous le savez, j’ai dévoré le premier tome. Cependant, avec un début de saga si exceptionnel, le second volume avait intérêt à frapper fort pour atteindre le niveau précédemment établi ! Personnellement, Pandemonium (Delirium II, ça craint comme titre, avouez) m’a tout autant conquise ! 
Alex est mort, Lena est dans la Nature, et sa mère en cavale. La jeune fille doit maintenant surmonter sa peine et participer à la vie de la colonie. Bientôt, elle obtient une mission : s’infiltrer dans l’association radicale pour l’opération. Là, elle fera la rencontre de Julian et, après mille et unes épreuves, trahisons et révélations, le cœur de la jeune fille bat une nouvelle fois aussi rapidement qu’avant. 
Le roman commence tout de suite après le cliff-hanger qui clôt le premier tome, ce qui nous laisse immergé dans cette atmosphère de léthargie, de douleur physique comme psychique et de manque. L’œuvre est divisée en trois périodes de temps qui changent à la manière de chapitres : avant, maintenant, après. Si cela permet une totale transcription des évènements ayant lieu dans la présente vie de Lena, c’est aussi extrêmement frustrant car l’on aimerait voir les scènes complètes, dans une chronologie normale afin de tout savoir tout de suite. Pour cette même raison, les cent premières pages sont un peu longues. 
Dans ce tome, il y a trois Lena. La jeune fille frêle et amoureuse en deuil ; la jeune femme qui se bat pour revivre ; et la femme qui lutte pour les droits humains. Cette évolution se fait lentement et Lena n’en a pas réellement conscience. Un jour, Raven la met face à la réalité et alors, la jeune fille réalise et reprend pied dans la vie. C’est très intéressant et touchant à observer car celle que devient Lena est déterminée, forte et dangereuse ; elle sait ce qu’elle veut et on comprend qu’elle ne s’arrêtera pas avant d’avoir tout fait pour gagner sa bataille : retrouver sa mère et renverser ce système. 
Seulement voilà… : un nouveau personnage intervient, Julian. Dans leur situation, ils sont tous deux obligés de coopérer avec l’autre et Lena est confrontée à la position qu’a connu Alex quelques temps auparavant : celle d’invalide, tandis que Julian est l’adolescent sur le point d’être guéri. Dans l’apocalypse qu’est devenue leur vie, ils sont obligés de se regarder en tant qu’homme et femme parce qu’ils savent tous deux que le temps qui leur est imparti est minuscule, tellement aléatoire. Ce qui justifie, pour moi du moins, qu’Alex ne soit plus un obstacle.
Mais ce tome donne aussi une grande importance aux personnages secondaire, Raven surtout, ainsi que la mère de Lena. Par leurs actions, ces deux femmes se ressemblent plus que jamais : à l’aide de leur corps, de leur âme et de tout ce qui les caractérise, elles luttent pour leur monde, leur pays, leurs sentiments. Même si j’en veux à Raven –vous me comprendrez une fois votre lecture achevée- pour ce qu’elle a planifié, la maman de Lena et elles sont deux femmes admirables et possèdent une volonté à faire flancher l’entière population de guéris.
Et puis la fin. Vous vous souvenez du tome un, n’es-ce pas ? Impossible de l’oublier. Comment dire ? Celle-ci… Humpf, c’est encore pire ? Oui, définitivement. Et qu’y a-t-il de plus horrible encore ? Devoir attendre 2013 ! Je ne sais tout simplement pas comment je vais pouvoir tenir jusque là. Haletante, douloureuse, réconfortante et troublante, tout cela définirait bien les dernières lignes de ce roman ! Pour ceux qui ont l’habitude de lire les dernières lignes, ne le faîte surtout pas, tout le roman serait gâché !
En somme, vous l’aurez compris, Pandemonium m’a déchiré le cœur, l’a piétiné jusqu’à le vider de toutes ses forces, y injectant doucement du sang, pour ensuite radicalement couper toute connexion et me laisser pantelante et addict. Je n’ai jamais lu de saga aussi bien écrite, aussi passionnante, aussi déchirante, aussi parfaite. A tous ceux qui hésitent, jetez-vous dessus et laissez-vous martyriser.
Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s