Jeunesse·Lus en anglais

The last song ~ Nicholas Sparks.

Je m’attirerai les foudres et la désapprobation de nombre d’entre vous, mais je suis une grande admiratrice du travail de Miley Cyrus, or, dans l’adaptation cinématographique de ce roman, j’ai tellement pleuré et ri que l’œuvre ne pouvait qu’atterrir dans ma P.A.L. ! A la base, ce livre, ainsi que trois autres de l’auteur, sont mes cadeaux d’anniversaire de 2011 ! (Ils sont en V.O., raison qui a retardé mes lectures) En plus d’une couverture beaucoup plus raffinée que la V.F., ces livres sont encore plus poignants que leurs films, qui me transformée d’ores et déjà en véritable fontaine ! 

Ronnie a, pour exprimer la peine que le divorce de ses parents lui a causée, décidé de se rebeller : garde-robes sombre, vernis à ongles noirs et cheveux teints en violet, fréquentations discutables, casiers judiciaires, mutisme, renoncement au piano. Pourtant, forcée d’aller passer l’été en Caroline du Nord, chez son père, à qui elle ne parle plus depuis 3 ans et dont elle n’a lu aucune lettre, Ronnie tombera amoureuse de Will, un volleyeur, avec qui la rencontre sera fracassante. A ses côtés, elle s’ouvrira à nouveau aux autres, et surtout à son père. Cependant, Will va dans une fac très éloignée de New-York et la jeune fille apprend un terrible secret au sujet de l’état de santé de son père.

Je trouve qu’il est très dur d’écrire une chronique sur ce livre, et c’est d’ailleurs pourquoi je rame tant à la poster. La dernière chanson, c’est beaucoup plus que des personnages, une histoire d’amour et une intrigue. C’est une lecture rapide, le niveau de langue est simple (attention, j’entends par là que sa lecture en V.O. n’est pas un mariage avec le dictionnaire, que je n’ai pas eu de mal à comprendre dans la généralité ; et non qu’il y a peu de vocabulaire). Découpé en chapitres tantôt très courts, tantôt plus épais, on découvre un point de vue différent pour chacun (Ronnie, Will, Jonah, Steven…) ; ce qui permet de justifier tel ou tel comportement et de développer pour chaque personnage une petite intrigue, un but pour chacun.

Quand on lit le livre, on se rend compte que certains points dans le film ne sont pas assez approfondis, ce qui nous fait pleurer dans l’adaptation nous brise totalement dans l’œuvre. Je n’accrochais pas particulièrement à la mère de Ronnie dans le film, et je ne comprenais pas vraiment pourquoi je possédais ce sentiment. Les révélations du livre m’ont permises de mieux comprendre et de mieux lui en vouloir.

De plus, l’auteur parvient à nous faire adhérer à tous les points de vues. Ainsi, par exemple, on peut se retrouver d’accord avec le père sur un point, pour le haïr dans le chapitre suivant, raconté par Ronnie, parce qu’il entrave ses plans. Le fait d’être manipulé ainsi, de créer pour chaque personnage une façon de penser et de vivre rend le livre plus réaliste et l’histoire plus vivante, plus riche. Même si je trouvais Miley adaptée au genre ado rebelle (ne serait-ce que pour son look dans le film), je regrette qu’elle n’ait pas arboré une perruque violette -couleur des cheveux de Ronnie !

Je ne peux pas déterminer quel personnage m’a le plus touchée… Entre Jonah et Steven, mon cœur balance. Le fait que Steven n’ait pas reçu depuis trois ans de lettres, ou de coups de fils de sa fille, on est vraiment peiné pour lui ! Mais Jonah est tellement perdu suite à la nouvelle… Et il est si jeune, si frêle… La mort a vite fait de briser l’innocence chez l’enfant. Son personnage en est, de ce fait tout aussi bouleversant !

Pour l’intrigue du livre, il faut bien avouer que c’est du déjà-vu. Cependant, je ne suis pas ennuyée une seconde. On souhaite tellement que tout ce petit monde voit ses problèmes résolus, qu’on avale les pages et chapitres en quête d’amélioration ! Bien sûr, ça ne regorge pas d’action, c’est une romance ! Mais il n’y a pas de temps morts et les descriptions sont dosées et fluides, elles n’alourdissent pas le récit.

Le gros plus de ce livre pour moi, ce sont sans doute les lettres pour Ronnie, j’aurais adoré que l’auteur en fasse un book à part, les lettres me font toujours pleurer, c’est quelque chose que j’aime à trouver dans une histoire (L’été devant nous de Jenny Han, 13 raisons de Jay Asher, Quatre filles et un jean pour toujours d’Ann Brashares, Elle et Lui de Georges Sand). Bien entendu, cela ne tient qu’à moi !

En somme, c’est donc une très bonne lecture, sans prise de tête, très sentimentale, un parfait roman d’été, que je conseille à tous les fans de l’auteur et à ceux qui souhaitent le découvrir ! N’hésitez plus et, surtout, après, jetez-vous sur le film qui est presque aussi bon ! Il me reste trois autres livres de l’auteur dans ma PAL, donc vous retrouverez prochainement d’autres chroniques sur les oeuvres de Nicholas Sparks sur Books In Bag !

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s