Jeunesse

19 Lunes (Le livre des lunes tome 4) ~ Margharet Stohl et Kami Garcia.

J’ai lu les premiers tomes de cette saga en juin, tous à la suite, en moins d’une semaine. C’est prêt juin. Pourtant, voilà, nous disposons déjà de la fin de cette saga. Que dis-je, nous l’avons, pour beaucoup, achevée, à l’heure actuelle. Dire au revoir à des personnages, à un monde, à des rêves, c’est toujours déchirant, je n’en ai jamais envie. Et pourtant, je viens de le faire, une nouvelle fois. Et je ne suis pas déçue.

Ethan s’est sacrifié. Pourtant, il se réveille, découvre une autre forme de vie, qui ne peut que lui faire envier l’ancienne. Et puis, il y a Lena, Amma et Link, en bas. Et puis, aussi, ce n’est pas juste, n’est-ce pas ? Trop jeune, trop amoureux, trop tout. Alors débute sa quête. Retrouver les siens, son monde. Même si cela signifie perdre ceux qu’il a retrouvés dans celui où il se trouve désormais. Même s’il encourt pire que la mort. Il y arrivera. Pour elles, pour lui, pour lui-même.

On découvre Ethan dans un autre monde transitoire, pour les tâches inachevées. Les auteures créent là un monde, un système, une autre existence avec ses personnages, sa vie, une propre temporalité. Ethan retrouve des personnes que l’on connait des autres romans, morts, décédés, dans toutes les histoires vécues par lui, ou évoqués, les ancêtres, les ex-maris de Tante Prue, etc. Cependant, comme Ethan, on demeure dans l’expectative, d’être renvoyé là-bas, de revoir ceux qui comptent à ses yeux, ou de mourir et de ne plus souffrir. On envisage tout, sauf le périple concocté par Kami Garcia et Margharet Stohl.

Dans ce tome-ci, on découvre beaucoup plus le côté « magique » du monde, que ce soit celui des Enchanteurs, ou des humains. Des personnages dans le royaume des morts, que tout film ou livre saura inventer, existent bel et bien, et sont tout aussi originaux que l’est cette saga unique en son genre. Décalés, effrayants, travaillés et pourtant, touchants, on se laisse convaincre et on apprécie ses créatures de l’imagination qui rendent le roman intriguant et déroutant, aussi.
Ce n’est pas une référence que j’aime particulièrement mais, j’ai trouvé une ressemblance entre La Garde Suprême de Kami Garcia Margharet Stohl et Les Volturi de Stephenie Meyer. Cette surpuissance, la terreur qu’ils provoquent et les châtiments, les punitions gratuites qu’ils se plaisent à délivrer. Parce que, s’il y a quelqu’un que vous devez haïr dans ce livre, c’est bien le membre de la Garde Suprême (rassurez-vous, ceci n’est pas un spoiler, juste un énoncé de fait). Le combat mené par Ethan est vraiment bien mené, écrit. Voir son ancêtre rend la scène encore plus profonde et nous donne, ainsi qu’à Ethan, la force de désirer sa victoire.
Ensuite, bien sûr, il y a Lena. Lena. Ethan ne pense qu’à elle. Et elle ne pense qu’à lui. Obsédés l’un par l’autre ? Si peu. Mais ce n’est pas aussi gnangnan que cela put l’être dans 17 lunes, pour ma part. Ce point d’ancrage auquel il s’accroche, alors même qu’il commence à perdre ses souvenirs, cet amour dans lequel il puise toute sa force, et les poèmes qu’elle pense, à défaut de se donner le droit de les écrire... C’est déchirant et magnifique. Ils forment un couple indestructible, en fin de compte et c’est dans ce dernier tome que cela se manifeste le plus.
Il est difficile de parler d’importance pour quelqu’un d’autre que Lena aux yeux d’Ethan parce qu’alors la personne se situe loin derrière. Pourtant, Amma, Lila Jane, Tante Prue, Macon, John, Liv, Link et Rid demeurent dans son cœur et on est aussi touchés que lui lorsqu’ils apparaissent dans les pages du livre. Quelque part, Le livre des Lunes donne une famille à son lecteur. Très hétéroclites, pas forcément du côté de la moral ou du bien (philosophie…), mais à laquelle on s’attache et que l’on ne veut surtout pas quitter !
Je referme ce dernier tome avec des étoiles dans les yeux. Je redoutais la conclusion de cette saga, mais les auteures ont su apporter la paix à leurs créations, tout en nous faisant rêver une dernière fois. Ce fut une magnifique aventure. J’espère que leurs prochains romans, même s‘il ne s’agit pas de collaboration, sauront nous faire revivre de telles expériences !
Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s