Littérature Anglophone

La Morsure du givre (Mercy Thompson 7) de Patricia Briggs.

2 petits avertissements : SPOILERS si vous n’avez pas lu les tomes précédents + Onomatopées fréquentes dans cette chronique !
Cela fait un peu plus de six mois que je patiente pour pouvoir lire ce tome, à cause du changement de format (Milady vers Bragelonne, oui je râle !). Alors je peux vous promettre que lorsqu’il est arrivé dans ma boîte aux lettres, partiels ou pas (et en l’occurrence trois partiels m’attendent ahah), je n’en ai fait qu’une bouchée ! Je ne regrette pas ! enfin, un peu parce que maintenant je dois attendre qu’ils sortent le tome suivant (que je pense en fait lire en VO, patiente que je suis ahah, mais j’attends la version poche parce que grand format c’est ouch mon porte-monnaie). Déjà, La Morsure Du Givre, c’est un résumé pas joyeux, joyeux si vous voyez ce que je veux dire ! Mais au bout de 20 pages, j’étais déjà en mode hystérique (je suis toujours en mode hystérique avec les romans que j’aime mais chut !).
Jesse persuade Mercy de profiter du black-friday (qui commence le jeudi soir à 00h0). Alors qu’elles roulent, elles ont un accident de voiture. Mercy tente d’appeler Adam, mais tombe sur son répondeur. Elle s’aperçoit alors que tous les loups des États-Unis sont injoignables. Par son lien, elle ressent la douleur et la rage d’Adam, elle comprend alors qu’elle va devoir sauver les siens, sa meute, son mari tout en sauvegardant sa belle-fille et sa propre peau. Dans sa bataille, elle sera aidée par les faes et les vampires.
L’action démarre très vite, complice dans la tête de Mercy, le lecteur ressent son angoisse, et on est reprojeté au tome trois avec les crises d’angoisses, la culpabilité qu’elle porte. Cependant, savoir les siens en danger rend Mercy hargneuse, elle doit tout gérer, protéger ceux qui ont pu échapper à la menace, sauver ceux qui en sont les victimes. Les explications sont distillées peu à peu si bien que l’on n’en sait ni trop ni pas assez, entretenant habilement notre intérêt.

L’auteure utilise un nouveau point de vue dans ce livre. Si l’on a l’habituelle première personne avec le personnage de Mercy, on plonge ponctuellement à la troisième personne dans la tête d’Adam. Cela permet de découvrir la situation car Mercy ne connait pas tous les pourquoi du comment de cette affaire et c’est donc Adam qui nous les révèle. Et puis, on découvre toujours un peu plus Adam, déjà dans le tome précédent, La Marque du Fleuve, je vous le disais, et ça continue, ce que j’aime beaucoup. Cette dualité en lui entre homme et bête, cette impression de n’être qu’un monstre et que seule Mercy le rend humain, puisque même Jesse fait ressortir le prédateur en lui (protecteur, possessif). Ses pensées sont touchantes, Adam est quelqu’un d’entier et de sincère. Le problème c’est que, comme Mercy, il a un peu trop tendance au sacrifice, avec son sens du devoir, et du coup, il se met en danger ! Heureusement, il a un bout de femme un peu têtue (hum hum, un peu seulement ?).
Dans ce roman, on se rapproche aussi d’un autre personnage, qu’au début de la saga je n’appréciais pas trop et avec qui, depuis le tome trois, j’accroche vraiment (oui, bon, il est tellement utile et poignant dans ce tome, il faut dire !). Oui, je veux parler de Ben. Il a encore des efforts à faire, il est encore un peu dangereux, mais c’est quelque chose sur quoi il travaille tellement, on sent tellement un bon fond en lui qu’on ne peut qu’apprécier ce personnage. J’espère qu’il continuera à prendre de l’importance. C’est aussi ce que je souhaite d’ailleurs pour Warren et Kyle que je bade vraiment ! Au fond, on dirait que c’est Kyle le loup-garou, ce mec a une force de caractère juste impressionnante et dans ce tome, il passe un peu pour un indestructible, quoi.
L’intrigue se résout facilement, mais je n’avais pas vu venir une telle fin… C’était surprenant et énervant à la fois, car je n’aime pas le personnage dont il est question (ce n’est pas le coupable, pas de spoiler, promis). C’est juste que je trouve qu’assez de romans dans la saga ont été concentrés sur la menace que ce personnage pouvait représenter et qu’au final, à force de vouloir la faire paraître si mauvaise, je ne la trouve plus crédible, du tout… Mais j’étais quand même contente de revoir Stefan de la partie. Il m’a cependant manqué un peu de Samuel dans ce tome ! Et j’ai aimé comment Mercy parle de Charles, comment il la fait flipper ! Alors que dans Alpha & Oméga, on découvre une toute nouvelle face de sa personnalité. Au final, les deux sagas sont indissociables, on perd à ne pas lire les deux, à bon entendeur… hihi !

Ahlala, oui, vous l’avez compris, c’est une nouvelle fois un coup de cœur ! Ce qui m’énerve c’est que dans mes chroniques, je ne peux pas vous parler de tout, de tous ces personnages, de toutes ces descriptions, de tout ce qui fait cet univers, je ne sais pas comment vous faire comprendre qu’à la lecture des romans de cette auteure, on part, loin, très loin, on découvre une nouvelle famille et quand on la quitte on est vraiment en manque. Voilà, c’est exactement ça. Maintenant, je vous laisse avec le résumé du tome 8, mes choupinous, parce que je veux que vous compreniez pourquoi je suis folle rien qu’à imaginer ce qu’il va s’y passer !


Un coup de fil inattendu va présenter un nouveau challenge pour Mercy. L’ex-femme de son compagnon Adam a des soucis et essaye de fuir son nouvel amant. Adam n’est pas du genre à tourner le dos à quelqu’un dans le besoin et Mercy le sait bien. Mais avec Christy enfermée dans la maison d’Adam, Mercy ne peut s’empêcher de trouver quelque chose d’anormale à cette situation. Soudain, ses suspicions sont confirmées quand elle append que les intentions de Christy sont loin d’être bonnes. Elle veut retrouver Adam et elle est prête à tout pour y parvenir, même à retourner la meute d’Adam contre Mercy. Mercy n’est pas du genre à abandonner sans combattre, mais une menace encore plus dangereuse rôde. L’ex de Christy est un homme fou – de fait, il se pourrait qu’il ne soit même pas humain. Alors que les corps commencent à s’empiler, Mercy doit mettre ses problèmes personnels de côté afin de faire face à une créature qui aurait le pouvoir de détruire le monde entier. 
Traduction trouvée sur booknode.

J’espère que vous comprenez mon hystérie, à présent !

Pour finir, petit bonus : un fan art magnifique trouvé ici (cliquez si vous voulez le voir en grand, ça vaut la peine !)
Publicités

6 commentaires sur “La Morsure du givre (Mercy Thompson 7) de Patricia Briggs.

  1. Je ne peux que te presser de le lire ! Il est vraiment génial, comme les autres d'ailleurs ! 🙂
    Ahah, le tome 8 promet tellement de rebondissements ! J'ai hâte ! Je le prendrai aussi en VO, je ne peux pas attendre 1 an !

    J'aime

  2. Je vais essayer de le faire vite, à force je suis vraiment curieuse. C'est toujours dur d'attendre. Je l'avais gagné du coup j'étais contente parce que comme il est en gros il est quand meme assez cher. Mais il est sublime.

    J'aime

  3. Ah oui, je comprends, c'est pour ça que je prends la version Milady à 8e ou 7e, mais on doit attendre encore plus ^^ Oui, les couvertures, elles sont dingues !
    J'attendrai donc ton avis avec impatience !

    J'aime

  4. Eh bien oui, mais ces prix en vo signifie aussi une autre conception du marché du livre ^^ 🙂 Honnêtement, avec le résumé qu'il a, il ne peut qu'être tendu et passionnant ahah, j'attendais la confrontation entre Christy et Mercy depuis longtemps !

    J'aime

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s