Littérature Française

Le journal intime d’un arbre de Didier Van Cauwelaert.

Décidément, une amie du DUT a la bibliothèque la plus riche en coups de cœur pour moi ! Après ma découverte de D’Acier, de Thérèse Desqueyroux grâce à elle, je suis entrée dans le monde de cet auteur français que je ne connaissais pas du tout à mon grand regret. Je ressors de cette lecture chamboulée, et encore, c’est un sacré euphémisme ! C’est une lecture touchante, riche, humaine, avec une plume magnifique et une originalité certaine !
Tristan est un poirier de trois cents ans qui est tombé au milieu du jardin des Lannes et qui pense vivre ses derniers instants. Il nous raconte ses souvenirs, les gens qui ont compté pour lui, ceux qu’il a aidé… Sa découverte de l’humanité, son regard vis-à-vis de cette espèce à laquelle il n’appartient pas. Sa lutte pour survivre, pour ne pas être oublié.
Un livre dont le narrateur est un arbre ? Bizarre ? Non ! Tristan est un narrateur spécial. Tout d’abord parce qu’il est sur le point de mourir et que son attachement aux humains qui l’entourent, à son environnement et à tous ces détails auxquels nous, humains, ne nous arrêtons pas, comptent tellement pour lui qu’il nous les raconte, nous les présente et on se laisse emporter dans son monde, à lui, que l’on découvre aussi riche et animé que le nôtre. On est emporté dans les intrigues de la vie d’un arbre, et même lorsqu’il nous explique certains mécanismes de son fonctionnement, cela n’a rien d’ennuyant, de compliqué. C’est la vie qui circule en lui et qui nous fascine. On part XVIIe siècle sans se sentir perdus, pour revenir de nos jours, puis se projeter dans l’avenir, et pourtant tout est si bien mené, tissé que l’on s’y retrouve et l’on se plait à suivre la vie de ses personnages, des restes de cet arbre unique.
On s’attache à tous ceux qui interviennent dans sa vie. Et surtout, évidemment à ceux qui font partie de son présent : Manon, qui m’a longtemps faite pleurer par son histoire tellement touchante, déchirante, Georges Lannes, parce que sa communion avec Tristan est aussi irréelle que source d’humilité, et Yannis Karras, que l’on apprend à aimer toujours un peu plus au fil du roman. Leurs histoires ne sont pas indépendantes de celle de Tristan, il est leur pilier, le centre de tout. Il devient un point d’ancrage, un tuteur, alors que c’est lui qui se retrouve au sol désormais. De son cœur nait l’œuvre d’art de Manon, l’amour de Yannis, la paix de Georges et l’on ne peut rester indifférent face à cela.
Cette merveilleuse histoire est portée par une plume très efficace. Autant le livre se lit très voire trop rapidement, autant l’auteur écrit merveilleusement bien. Je me suis souvent arrêtée dans ma lecture afin de noter des phrases dans un petit cahier parce que, que ce soit au niveau de la syntaxe ou de la réflexion, cela donne un texte très beau, poétique, mais qui ne perd pas en contenu, en idée. Un texte très riche en somme. J’ai toujours du mal à décrire l’écriture d’un auteur… Mais si l’histoire m’a convaincue, c’est bien l’écriture qui m’a autant émue et faite pleurer. C’est écrit sans prétention, avec le cœur et je pense que c’est ce qui bouleverse à la lecture.
Le seul bémol pour ce roman finalement, c’est ce long passage sur l’affaire Dreyfus qui nous éloignait, même si c’était censé nous décrire son histoire, de Tristan. Ce n’est pas tant un point négatif en soi… C’est plus un temps long du roman pour moi ! Mais il fut intéressant de noter les recherches qu’avait effectué l’auteur sur toutes ces parties historiques que possède le roman.

En somme, je vous présente un roman qui, je l’espère, vous chamboulera autant que moi, avec une lecture originale, une réflexion profonde et un amour de l’humanité si poétique. Je vais me dépêcher de chercher d’autres livres de l’auteur, notamment son prix Goncourt en 1994 avec Un aller simple ! Si jamais vous vous aventurez dans cette lecture, j’espère que vous viendrez me dire ce que vous en aurez pensé !
Publicités

2 commentaires sur “Le journal intime d’un arbre de Didier Van Cauwelaert.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s