Littérature Française

La reine du sabbat de Gaston Leroux.

Il y a des livres qui restent dans votre PAL des années durant. Ce fut le cas pour celui-ci, je l’ai fini en avril, alors que l’on me l’avait offert en 2009. À l’époque, il ne me tentait pas, il me paraissait trop sérieux, je pense, surtout avec le recul. Mais lorsque je l’ai eu commencé durant les vacances de Noël, j’ai réalisé qu’on devenait vite accro. Malheureusement avec les cours, ma lecture a traîné, et je n’ai pu le finir qu’au cours de mon stage en avril. Ce livre, c’est un ovni comme il nous arrive d’en rencontrer parfois, que peu ont lu, mais qui en vaut sacrément le détour.

L’intrigue est complexe, mais si je devais en faire une présentation voici ce que j’en résumerais : l’histoire prend place dans la Cour Austrasienne, et plus particulièrement dans sa capitale Vienne, dans un empire qui n’est plus. Complots, trahisons s’abattent sur la famille régnante et les meurtres se succèdent, rendant les membres de cette famille dans la peur et l’attente de leur mort prochaine. Qui est derrière cette terrible série d’assassinats ? Pourquoi des horloges apparaissent-elles au moment de chaque mort ? Et quelle est cette femme dont la personnalité prend tant d’influence et que l’on surnomme La Reine du Sabbat ?

C’est un bon pavé de 550 pages, découpé en 9 parties. L’édition que je possède offre quelques avantages : grand format, le texte parait aéré par la mise en pages et l’écriture est vraiment agréable (je porte des lunettes donc parfois dans les textes classiques, la taille 9 police minus c’est pas le top). L’écriture de Gaston Leroux est très plaisante, un vocabulaire riche mais une plume qui reste sans fioritures, qui facilite la lecture et qui permet une compréhension claire du texte. L’auteur manie avec aisance les fils de son histoire, il mène le lecteur, le rend confus dans ses certitudes, et parvient ainsi à créer une histoire complexe, dense, intrigante.

Il y a vraiment beaucoup de personnages dans ce roman. J’ai tout d’abord lu par étapes et j’ai donc eu quelques difficultés à me rappeler qui était qui, c’est pourquoi je vous conseille de le lire en peu de jours, comme à l’occasion d’un week-end à 1000 pages (il les fait presque en plus). En revanche, malgré leur nombre, on s’attache à tous. C’est d’ailleurs ce qui nous perd, on ne sait plus qui sont les mauvais et les bons. Mais on s’attache surtout aux plus originaux : le nain à cinq pattes, la grande perche et La Reine du Sabbat. On se plait à vivre des aventures à leurs côtés.

Il est difficile de parler de l’histoire sans en dévoiler trop. Je dirai donc simplement que l’auteur m’a emportée dans cette partie du monde si méconnue. Il a su créer une intrigue efficace, en dosant les références historiques aux parties fictives nécessaires à la bonne continuation de l’histoire. Ce complot qui frappe la famille la plus puissante d’Austrasie nous laisse pantelant, on assiste à ces massacres sans rien comprendre, on découvre des organisations œuvrant dans l’ombre, un peuple qui se révolte… Et tout ne nous est révélé que ponctuellement, ce qui est à la fois frustrant et addictif.

Il y a encore beaucoup de livres que je voudrais lire de cet auteur, et celui-ci m’a vraiment motivée à découvrir un peu plus ce que l’imagination de ce monsieur pouvait créer. Je le conseille à tous ceux qui cherchent à lire une œuvre riche, complexe et gardant un caractère classique, avec une intrigue qui prend son temps, où l’on ne lésine pas sur les descriptions ! Mais je le recommande également à tous ceux que cela n’effraie pas !
Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s