Littérature Hispanique

Histoires d’ici et d’ailleurs de Luís Sepúlveda

 

Dans mon cours de littérature hispanique, j’ai découvert Le vieux qui lisait des romans d’amour de cet auteur et j’ai implicitement décidé de lire toute sa bibliographie après coup. J’ai donc demandé à une amie du DUT si elle pouvait me prêter ce petit recueil. Je croyais qu’il regroupait plusieurs nouvelles mais c’est bien plus que ça, l’auteur nous offre un voyage au coeur du Chili, un hommage à sa patrie et une ode à la littérature et à l’humanité.

L’ouvrage se compose de 25 anecdotes, des confessions, des chroniques parus dans le journal La Montagne en 2009 et parfois, des bouts de vie, tout simplement. L’auteur publie l’ouvrage en 2010 après son retour pour la première fois au Chili après 14 ans. En effet, en 1977, Luís Sepúlveda est poussé à l’exil, il quitte le Chili et parcourt l’Amérique Latine, s’engageant dans de multiples causes, vivant au coeur de l’Amazonie, et finit par gagner l’Europe, et notamment l’Allemagne où il s’installera jusqu’en 1989 et y créera une famille. Sur cet exil, l’auteur écrit :

« Les exilés sont comme des loups, partout où nous allons, nous rejoignons des meutes qui ne sont pas les nôtres ; nous chassons ensemble et pourtant la lune nous invite à nous mettre à l’écart pour hurler notre solitude. »

On découvre un homme courageux, engagé, qui a choisi la plume par défaut, parce qu’il rêvait d’un avenir meilleur en son pays, parce que même si c’était fou, il croyait encore en l’idée que les mots peuvent changer les choses, dans la lignée de tant de grands et il les cite d’ailleurs tout au long de l’ouvrage, car n’est-il pas l’héritier, quelque part, de Pablo Neruda ? De cette littérature patriotique, rongée par la décadence de leur pays, poussée à quitter ses valeurs, ses amis, son peuple, sa vie entière, dont l’idéologie en fait des hommes héros ? Alors, il part, il se bat, il écrit ses combats, ses rencontres, les leçons que l’expérience lui a appris. Et lorsqu’il prend enfin la plume, c’est un condensé d’hommages, de rêves, de voyages, d’idéaux, de critiques sociales, politiques, économiques. Les rêves d’un adolescent qui n’a jamais cessé d’espérer, mêlé à la dureté du monde, et la magie des relations humaines.

« Cécilia a dix-sept ans. C’est une jolie fille. Elle balance son corps bien fait sur des chaussures aux talons usés et cherche ses mots.
– Je ne sais pas, avant je rêvais de vivre. Je rêvais de toutes les belles choses que je pourrais faire quand je serais grande. Maintenant, je ne rêve plus. Maintenant, j’ai peur de rêver et, quand ça m’arrive, ça me met en colère, les rêves sont des mensonges. »

On voyage dans  es pays où les dictatures et la corruption règnent, où les massacres et la misère sont cachés et demeurent impunis parce que tout le monde ferme les yeux, parce que c’est plus simple, parce que quand même, ce ne sont pas des gens aussi importants que les grandes puissances… Et toutes ces réflexions que la propagande arrive à nous faire intégrer, ce contre quoi de tels hommes peuvent témoigner, peuvent montrer la réalité, confronter les coupables à des preuves, être des porte-parole.

On découvre les magnifiques paysages du Chili et de tous les pays de l’Amérique Latine, leurs coutumes, leurs valeurs. On a envie de prendre l’avion, de lire l’ouvrage en découvrant les rues, les bâtiments, tous les décors que l’auteur nous dépeint. Et particulièrement dans un passage où il parle d’une de ses connaissances, pilote averti qui survole des paysages magiques de l’Amérique Latine comme Ushuaia et ses glaciers.

L’écriture de Sepúlveda est rêveuse, pensive, on s’évade vers ces terres de soleil et d’exotisme, on dévore cet ouvrage de 150 pages. Ça se lit trop vite, on s’y croit et si la traduction est si délicieuse à lire, alors j’ai hâte de découvrir la prose de l’auteur dans sa langue d’origine parce que, définitivement, ça ne peut être qu’une expérience littéraire magnifique.

Je répète encore que j’ai adoré, ou vous avez compris ?
Publicités

Un commentaire sur “Histoires d’ici et d’ailleurs de Luís Sepúlveda

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s