Jeunesse

Sentiment 26 (The Killables tome 1) de Gemma Malley.

 

J’ai acheté ce livre lors de la vente privée Michel Lafon, ça fait donc un bon moment maintenant qu’il trainait dans ma PAL. Je l’avais pris parce qu’à l’époque, je lisais encore beaucoup de dystopies… Mais alors qu’il ne sortait pas de ma PAL, je me suis rendue compte que j’avais peur qu’il soit trop jeunesse pour moi. Ce week-end, et comme ça arrive parfois, je me suis mis en tête que j’allais enfin le lire.

Il s’agit donc d’une dystopie. Evie est une employée administrative pour La Cité, un lieu sûr pour ses habitants où ceux-ci sont classés par Lettre. Elle est sur le point d’épouser Lucas, très apprécié du Frère, le guide spirituel des habitants. Pourtant, Evie n’est pas comme tous les autres, elle a des désirs, des envies et des rêves. Sa mère, d’ailleurs, lui répète bien assez qu’elle n’est pas reconnaissante, qu’elle aurait aimé avoir une meilleure fille… Alors, lorsque l’occasion de protéger celui qu’elle aime vraiment et de quitter cet idéal illusoire, plus prison que paradis terrestre, Evie la saisit.

La narratrice, Evie, m’a tout de suite plue. On sent en elle une rébellion en sommeil, et ça la rend moins naïve que les autres héroïnes de Dystopies (Cassie dans Promise, Lena dans Delirium), même si elle tente de se persuader que le problème vient d’elle et pas de La Cité. Sa mère est un vrai cauchemar que j’ai détesté immédiatement, et rend la vie de la jeune fille moyennement supportable. Evie doit donc épouser Lucas, qu’elle ne trouve pas forcément très humain, dont elle n’est pas amoureuse bien qu’il l’intrigue. C’est un personnage que l’on apprend, au fil des pages, à apprécier de plus en plus et c’est sûrement celui qui a été le plus travaillé par l’auteure. C’est d’ailleurs, pour moi, celui que j’ai le plus apprécié.

L’intrigue se développe doucement, sans retournement de situation remarquable, mais l’on passe un bon moment de lecture, je ne me suis pas ennuyée, même si le roman prend son temps. L’auteure ne se précipite pas et développe son monde, les personnages évoluent majoritairement au sein de La Cité dans ce premier tome, ce qui fait que le lecteur a le temps de bien en comprendre le fonctionnement avant que les personnages choisissent la liberté. On voit les mécanismes de l’intérieur, et surtout les moments narrés par Lucas sont très intéressants pour pouvoir mieux comprendre le monde.

Personnellement, je ne me suis pas du tout attachée à Raffy… Je n’aime pas les triangles amoureux, vous le savez, si vous me suivez… Mais ici, c’est surtout qu’à part être colérique, ce personnage ne m’a pas paru très enrichissant, intéressant pour Evie. J’ai trouvé Lucas plus intelligent, humain, concerné et au final, attachant que son frère.

Gemma Malley a une écriture empreinte de douceur, ce qui donne au roman un aspect jeunesse et enferme le lecteur dans un cocon agréable. Il est vrai que je m’y attendais, mais ça ne m’a pas plus dérangée que cela, surtout parce que cela n’abaisse pas le niveau de l’ouvrage, et cible plus précisément un public. Comme toujours aves les dystopies, la fin nous donne envie de découvrir la suite… (sinon ce n’est pas drôle).

On approche de la période de Noël et si vous avez une petite soeur ou petit frère, je trouve que c’est un titre qui ferait un bon cadeau : accessible (je dirais pour les 11 à 16 ans), surtout pour les premières lectures sérieuses par exemple. Ce fut un chouette moment de lecture pour moi. L’édition de Michel Lafon en fait un beau livre et il est même disponible en poche sous le titre de Deviances. S’il ne s’agit pas d’un coup de coeur, je suis quand même très curieuse de découvrir la suite, qui n’est pas traduite en VF.

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s