Jeunesse

La maîtresse du vent (Les gardiens des éléments tome 1) de Rachel Caine.

C’est un roman que j’ai lu en 2012, après la Comédie du livre durant laquelle je l’avais fait dédicacer par l’auteure. J’aimais beaucoup Vampire city : fun, lu en une heure, et sans grande portée littéraire -mais parfois ça fait du bien. Du coup, je voulais aussi découvrir ce que l’auteure pouvait écrire de plus adulte. Les gardiens des éléments est une saga urban-fantasy (dans la lignée de Mercy Thompson). Je ne l’avais pas chroniqué sur le blog, par contre et récemment j’ai acheté les tomes 2 et 3 (la série est composée de 6 tomes) donc, je me suis décidée à relire ce premier tome : me remémorer les détails et vous produire une chronique.
Joanne Baldwin est une Gardienne du vent, déchue de ses fonctions parce qu’elle est accusée de meurtre sur un important gardien, elle est donc en . On essaie de l’arrêter et, plus subtilement, de la tuer. Elle essaie donc de trouver un autre prodige de sa connaissance, Lewis, qu’elle pense pouvoir l’aider ; mais dans sa quête, elle rencontre David, autostoppeur aux capacités particulières. À deux, ils vont essayer de survivre à cette condamnation qui pèse injustement sur elle.
C’est une relecture, mais dès les premières lignes, je me suis souvenue pourquoi j’avais tant accroché : on est dans de l‘urban-fantasy de qualité : c’est dense, travaillé et adulte. Le rythme est tout de suite soutenu, normal : Joanne, avec sa Mustang vintage, est dans une course folle pour sauver sa peau. On alterne entre souvenirs et action présente, ce qui permet de nous faire découvrir peu à peu ce qui a amené à une situation si catastrophique. L’auteure crée un monde complexe où, bien qu’encré dans notre réel, des gens ont développé des capacités : ils peuvent maîtriser les éléments : la terre, le feu, l’eau ou le vent. Ce n’est pas sans conséquence, si bien qu’un ordre des Gardiens a été créé qui encadre, censure et parfois procède à des ablations des pouvoirs sur certaines personnes trop puissantes. J’ai beaucoup aimé cette présentation bancale, très éloignée du manichéisme cinématographique américain : avoir des pouvoirs, c’est cool ; mais c’est pas tout doré ! Joanne, narratrice à la première personne du singulier, nous explique les rouages et les pièges de la maîtrise des éléments – le sien étant en l’occurence le vent.
J’ai adoré ce personnage. Elle est très drôle, déjà -comme tous les personnages de Rachel Caine ai-je envie de vous dire !-, utilisant l’autodérision pour dédramatiser sa situation et pour supporter ce qu’elle a vécu. Oui, parce que sa vie, c’est quand même un concentré d’embrouilles : une mère dénuée d’instinct maternel, un beau-père-plus-con-tu-meurs, trop de pouvoir donc recherchée, donc menacée… Bref… Il y a plus joyeux comme souvenirs. Dans le présent du livre, j’ai beaucoup aimé ses amis, sa relation avec eux, son rapport aux autres en général, elle est sarcastique, forte et irrésistible. Adulte et quand même… funky (un personnage cool mais stylé quoi).
Je me suis accrochée à tous les personnages du livre : David, bien sûr, un peu difficile à cerner, mais compétent, protecteur et intelligent. Il est manipulateur avec Joanne, mais c’est pour son bien, et au final, son caractère de cochon, ainsi que celui de l’héroïne font de petites étincelles qui donnent de très bons dialogues et permettent de faire une pause dans toute cette histoire bien compliquée. J’ai adoré Lewis aussi, bien sûr, et je suis carrément dégoûtée qu’on ne le voit pas plus, ou que l’on n’est pas de spin-off sur lui. Outre ses immenses pouvoirs, j’ai beaucoup aimé sa personnalité, l’amour qu’il porte à aider les gens grâce à son pouvoir… Mais tous les personnages secondaires aussi, gentils ou… beaucoup moins : Marion, Paul, Bad Bob et tous les autres.
Je n’avais jamais lu de livres évoquant les djinns et j’ai adoré ce qu’en avait fait l’auteur : des êtres dotés de grands pouvoirs que l’homme a plus ou moins réussi à dompter, et qui, pourtant, ne sont toujours guère innocents. On en rencontre plusieurs tout au long du roman, tous ayant des capacités différentes, montrant l’étendue des richesses de cette espèce. C’est un gros point positif pour moi, pouvoir découvrir une créature sur laquelle on connait peu de choses et parfois, comme pour cette saga, connaît les quelques clichés que certaines oeuvres populaires ont pu nous mettre dans la tête –Aladdin, La Sorcière Blanche dans Narnia ou encore dans Charmed.
Rachel Caine n’a pas une plume transcendante, honnêtement. On lit plus ça pour l’inventivité dans l’histoire -les pouvoirs, le monde qu’elle crée-, les personnages et surtout l’humour qui caractérise ses romans, parce qu’au fond c’est ce qu’on retient. Quoi qu’il se passe de bien triste dans l’histoire, on a ri tout le long du livre et franchement, ça fait du bien. D’autant que ce n’est pas réducteur pour l’histoire, au contraire. Je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec son autre saga, Vampire City, où l’humour a tendance à piétiner sur l’histoire, si bien que cette dernière perd en qualité, en profondeur et en cohérence -je parle plus particulièrement du tome 7 que je viens de finir. En lisant des chroniques avant d’écrire la mienne, j’ai découvert que beaucoup trouvaient ce livre long… Alors oui, il y a une grand part de narration, de descriptions… Mais ce livre correspond à un public de lecteurs confirmés, je pense ; c’est ce qui en fait un roman pour adultes. Des lecteurs qui recherchent quelque chose de travaillé, de complet. Si vous êtes à la recherche d’action pure et dure, tournez-vous vers Vampire City, justement.
Je suis vraiment contente d’avoir eu l’opportunité de découvrir cette saga, qui, à mes yeux, montre plus les ressources de cette auteure. Ce premier tome, riche en créativité m’a vraiment convaincue et j’ai hâte de me plonger dans le tome 2 et tous les autres.
Publicités

2 commentaires sur “La maîtresse du vent (Les gardiens des éléments tome 1) de Rachel Caine.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s