Jeunesse

Galatéa tome 1 : Evanescence de Monia Sommer.

Illustré par Tiphs, ce livre est une merveille pour les yeux, tout simplement ! J’ai lu ce livre juste après Initiée de Laëtitia Laridon et j’avais hâte de le découvrir en me disant que, court comme il était, il serait bourré d’actions, d’autant que le résumé est relativement motivant. Pourtant, ça a été une grosse déception, d’autant que j’accrochais vraiment à l’histoire, l’intrigue.

On est dans une réalité alternative où le monde a plusieurs planètes peuplés de peuples très différents où se lient ententes et complots. Galatéa, princesse de Galatée, dont elle porte le prénom, est destinée à devenir une guerrière dotée de pouvoirs spéciaux et elle se prépare depuis l’enfance à cela. Pourtant, des nouvelles inquiétantes arrivent et des planètes sont menacées. La guerre est déclarée.

J’ai trouvé l’héroïne insupportable, vraiment. Ça a gâché le plaisir que j’avais à découvrir ce monde étrange à la géologie riche et à l’imagination folle. Trop innocente, trop naïve et pas assez entreprenante. Galatéa est la fille de la Reine, qui a, elle, un charisme important, une place difficile, des décisions lourdes de conséquences à assumer. C’est d’autant plus grave qu’elle en vient à endosser le rôle d’élue. Or, elle apparaît toujours aussi en retrait, attendant d’être prise par la main pour agir.

Le groupe de guerrières, avec lesquelles elle s’entraînait depuis petite, fait pâle figure. On apprécie l’idée que leurs compétences ne soient pas innées, qu’elles en bavent à l’entraînement… Mais tout fait trop jeux pour enfants, petits exercices tout en restant trop précieuses. Or, lorsqu’elles arrivent sur le terrain, dans la réalité de la guerre… Eh bien, ça prend vite des allures de jeux vidéos du coup. On lance les sorts avec incertitude, sans trop savoir ce que cela donnera… Et on s’en sort sans se brûler les sourcils.

Cela s’aggrave avec une romance, qui elle, est vraiment superflue au regard de la richesse de l’univers. Le personnage masculin arrive comme un cheveu sur la soupe, accompagné d’un mensonge de l’héroïne assez pauvre. Puis l’histoire se développe, et la romance prend trop de place dans l’histoire, lui donnant un caractère mielleux alors que c’est la guerre dans l’univers de Galatéa.

J’ai trouvé qu’au niveau des évènements, le tout s’améliorait en arrivant sur l’autre planète (si l’on oublie encore une fois la romance). On redevient curieux… Malheureusement, on est à nouveau noyé par les discussions incertaines entre Galatéas et ses copines… Et ça coupe le rythme et l’excitation que suscitent la découverte de cette nouvelle planète.

Malheureusement, je ne lirai pas la suite de cette saga et je pense que je me tournerai à nouveau vers cette auteure qu’après quelques livres à son actif. J’ai trouvé beaucoup d’originalité, d’imagination dans ses écrits ; mais ce texte porte vraiment trop la marque de premier roman pour moi et tout ce qui en fait une œuvre riche d’excentricités est balayé par une mauvaise utilisation des différents outils (héroïne, développement du monde, explications au lecteur de la magie de cette réalité).

Publicités

Un commentaire sur “Galatéa tome 1 : Evanescence de Monia Sommer.

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s