Jeunesse

Le Pacte du Hob de Patricia Briggs.

Traduit par Marie Surgers.

Haïe et redoutée, la magie avait disparu du pays. Libérée des sortilèges des mages de sang, elle revient à présent. Aren sent croître son pouvoir : la « vue », qui lui révèle des instants du passé comme d’obscurs éclats d’avenir. Peut-elle s’en servir au profit de son village menacé par les maraudeurs qui ont tué son mari ? Le peuple sauvage, fées, farfadets, spectres et gobelins, qui se manifeste à nouveau, peut-il lui venir en aide ? Et, surtout, est-ce une bonne idée de signer le pacte du hob de la montagne en échange de son soutien ?

Milady a réédité ce titre de Patricia Briggs, déjà paru en France, comme la plupart des premiers romans de l’auteure, chez L’Atalatante, en grand format.

Je trouve les couvertures de la saga Mercy Thompson et de son spin-off Alpha & Oméga sublimes, mais elles ne reflètent pas vraiment les personnages, par souci d’attiser le public, Daniel Dos Santos a joué avec l’aspect sexy que clame le genre de la bit-lit, que l’on ne retrouve pas forcément dans le travail de Patricia Briggs. En revanche, la couverture que nous offre Magali Villeneuve, elle, offre une belle representation, fidèle des personnages de l’auteure, avec un aperçu du tandem principal et un bon indice du genre dans lequel le lecteur va se plonger. Je la trouve très réussie et la préfère largement à celle de la première édition que proposait les éditions Atalante.

C’était le seul roman que je n’avais pas encore lu de l’auteure et j’y ai remédié au début de l’été. Le Pacte du Hob peut surprendre par son format, l’auteure friandes de sagas plutôt longues grâce auxquelles elle peut développer ses univers riches et vastes, nous offre ici un unique roman qui renoue avec le genre de la fantasy, mais de manière plus conventionnelle. Comme toujours chez Patricia Briggs, on retrouve un duo gagnant, ici constitué d’une humaine dotée de certaines capacités et d’une créature du folklore que l’on retrouve dans bien peu d’histoire : un Hob.

Le don de notre héroïne n’a rien d’enviable, au contraire, c’est un fardeau qui l’oblige à assister en avant-première et entre autres choses, à la mort de son mari et à d’autres horreurs encore. Elle est mise au ban de sa société lorsqu’elle révèle ses capacités, dans un monde où la magie a été autant rejetée et source de malheur. Pourtant, c’est pour ce même peuple qu’elle accepte de se sacrifier en devenant la récompense offerte au Hob à la signature du Traité qui apporte au peuple des Humains l’aide du dernier être de l’espèce des Hobs. Il faut dire que si Aren ne possède pas autant de caractère que les autres héroïnes de l’auteure, possédant une personnalité un peu plus pessimiste et un tant soit peu mélancolique, elle a quand même assez de jugeote pour envisager avec impartialité la gravité de la situation dans laquelle son village se trouve.

Vous allez me dire qu’Adam et Charles sont des loups-garous et que Loup est un mage noir… Mais j’ai trouvé un côté un peu zoophile à l’histoire. Je n’ai pas assez perçu la part humaine, ou du moins anthropomorphe de Caëfann pour l’apprécier en tant qu’amant d’Aren. J’ai trouvé son personnage intéressant, d’autant que j’ai peu lu d’oeuvres impliquant des créatures telles que les Hobs… Mais ici, je n’ai jamais accroché à son personnage, à leur couple et… au final, puisque pour moi un livre repose d’abord sur des personnages… Je n’ai pas accroché au livre.

Je ne suis pas une lectrice pour qui l’intrigue fait que la sauce prend à tous les coups. J’en apprécie les bien-ficelées, les surprenantes et les décalées, certes, cependant si cela s’accompagne de personnages envers lesquels je ressens une totale indifférence… Le tout est gâché. Ici, c’est ce qui s’est passé. J’ai trouvé Aren un peu en-dessous des héroïnes de l’auteure et l’exploitation du personnage de Caëfann m’a parue trop distante… aucun personnage secondaire ne m’a vraiment convaincue…

J’ai trouvé les pouvoirs d’Aren intéressant, le monde dans lequel elle vit également. Néanmoins, dans ce roman si court -ce à quoi l’auteure ne nous clairement pas habitués- cela ne fonctionne pas vraiment car tout cela n’a pas le temps d’être développé, exploré, découvert et on ne rêve pas en ce nouveau monde comme on a pu le faire dans Terres Boréales qu’offre la saga Sianim. Le fait que le livre soit si court nous prive également de la part que je savoure le plus dans les romans de Patricia Briggs : son écriture. Ici, pas tellement le temps de savourer des descriptions, tout va vite et les actions s’enchaînent.

Pour moi, Le pacte du Hob a un arrière-goût de premier roman. C’est tout à fait paradoxal sachant que mon livre préféré de l’auteure, qui pour moi montre tout l’étendu de son talent, est son véritable premier roman : Masques. Le Pacte du Hob serait un bon titre, par contre, pour les lecteurs un peu rebutés par la fantasy, qui ont peur de s’y noyer. Initiatique, avec une intrigue tout à fait linéaire et une exploration peu profonde du monde décrit, à conseiller pour les lecteurs commençant à démontrer une bonne assiduité de lecture ! Pour les fans de l’auteure, toutefois, je vous redirige plutôt vers les pépites que sont Corbeau ou Masques.

International readers, here is my review of this book:

I’m gonna talk to you about The Hob’s Bargain, the last book I’ve read from Patricia Briggs. Dead Heat (Alpha & Omega tome 4) isn’t released yet here in France, so for now, I’ve read every book of the author. Well, I have to say this one wasn’t really a good one. I don’t like to be disappointed with books written by my favourites authors, but I guess it had to happen one day or another.

The thing is, I didn’t really enjoy following Aren and Caëfann, mostly because I really wasn’t rooting for their lovestory. I was really interested in the world Patricia had created and I was looking forward to learn more about Aren’s powers. Aren’s powers appear to me like a curse, she has to go through these terrible visions, she even sees her own husband die which is traumatizing… But in the end, it wasn’t what the author was putting on the foreground and I thought it was a pity because that’s what I enjoyed the most. Also, I didn’t really like the fact that Caëfann wasn’t really human. I don’t have any problem with Adam being a wolf and being in love with Mercy, but Aren and Caëfann it seemed a bit like unnatural and it made me feel uncomfortable. And Aren is a bit disappointed as an heroin, being compared to Aralorn or Mercy who are both so strong and independent female characters. Unfortunately, I’m this kind of reader who doesn’t really care about a strong plot: I enjoy a book if I enjoy following and caring about the characters.

I thought that the novel was too short, and we finish the book with a bitterful taste because things are not enough developped : the world, the characters, the plot… The fact that the book was so short made me feel sad because we didn’t get to be amaze by Patricia Briggs’ writing, which I love the most in her novels.

It’s not that I hated it or anything, but it tasted like a first novel to me… That’s weird and kind of funny I guess because, actually, her first novel, Masques, is my favourite book ever by her. Actually, I’d recommand this book to readers who would like to try to read fantasy but never have. It is a good novel to discover this genre without getting drawn by a massive book which requires knowledges on the genre.

Publicités

2 commentaires sur “Le Pacte du Hob de Patricia Briggs.

  1. Je ne te le conseille pas forcément… en fait, je ne trouve pas que ce soit le meilleur de l'auteure, tout simplement parce que c'est un des premiers qu'elle a écrit et ainsi, Masques, ou Corbeau, sont bien meilleurs ! 🙂

    J'aime

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s