Jeunesse·Lus en anglais

Hauting Violet tome 1 d’Alyxandra Harvey.

Haunting Violet
N.B. : si la couverture vous évoque quelque chose, sachez qu’elle fut réalisée par la même illustratrice que celle qui s’occupa de la saga Damnés de Lauren Kate.

Je suis devenue assez pointilleuse avec mes lectures, on peut voir cette évolution à travers les différentes chroniques du blog. Quoiqu’il en soit, entre deux lectures sérieuses, ou pendant une période de grand stress (les partiels), j’aime quand même me tourner vers des ouvrages plus légers. Ce titre est dans ma pile à lire depuis 2012 pour commencer à lire en anglais, après la chronique de Secret Forbidden World. Ne le lire qu’en 2016 montre le sérieux problème qu’est ma pile à lire.

Voici donc l’histoire de Violet Willoughby, jeune fille du dix-neuvième siècle, d’origine modeste, vivant avec sa mère. Toutes deux se font passer pour des personnes d’un rang social plus élevé, c’est bon pour les affaires : la mère de Violet prétend voir les fantômes et tout cela n’est qu’une arnaque. Dans cette entreprise un peu folle, Violet peut compter sur Colin, un enfant des rues recueilli par sa mère quand la jeune fille était elle aussi toute petite.

Le livre se démarque par une atmosphère tout à fait particulière, on renoue avec ce climat oppressant du dix-neuvième siècle, entre un Londres affamé et des règles sociales strictes au possible.

Violet est une jeune fille un peu en retrait, cela est dû au tempérament peu à même de sa mère, qui la traite avec bien peu de déférence. Pourtant, on découvre vite que Violet est une jeune fille curieuse et intelligente. Au fil des pages, elle se dévoile plus humaine, plus engagée que sa mère. Cette arnaque la met très mal à l’aise et cela ne cesse de s’accentuer, jusqu’au jour où la jeune fille réalise que de son côté, les fantômes lui apparaissent réellement et tout bascule. On découvre donc un roman d’apprentissage léger, qui prête à sourire malgré une ambiance assez pessimiste, contrebalancée par l’attention que porte Colin envers la jeune fille.

L’intrigue est intéressante, on se laisse porter parmi tous ces non-dits des familles riches de ce siècle, un thème récurrent pour qui connaît cette littérature et c’est mon cas, ce qui n’a pas manqué de me faire sourire. Cependant, c’est surtout la manière dont apparaissent les esprits à la jeune fille et tout le folklore que tisse l’auteure qui m’a le plus intéressée. L’idée qu’un esprit ne soit pas tout à fait détaché de notre monde et pas tout à fait inoffensif non plus. En fait, ç’aurait pu être une sacrée épopée si tout ce potentiel avait été dûment développé en un tome plus fourni, avec un peu plus de profondeur dans la psychologie des personnages et de l’intrigue… Mais ce n’était pas ce type de lecture que je cherchais, alors ça m’a quand même plu.

Pour conclure, je dirai que ce roman est donc une jolie petite lecture, à savourer en quelques heures, muni d’un plaid et d’une boisson chaude. Goodreads indique qu’il existe une nouvelle située juste après le tome 1 et l’on peut supposer que suite il y a aura, malgré le fait que la publication de ce roman remonte déjà à 2011.

ENGLISH

I became more and more demanding with books, you can see it through the reviews on the blog (gosh, the first ones seems to have been written by a fangirl teenager –which I was but yeah). Yet, between two classics or two uni readings, I like to read a quick and light book, especially when the finals period comes. I must confess this novel was on my to be read shelves since 2012, it was recommanded to me by the book blogger Secret Forbidden World in order to start reading in English –yeah, baby me was not able to do that yet three years ago. I must say that reading it now shows how much my to be read pile is a problem.

So this is the story of Violet Willoughby, a young girl living in the nineteenth century in London. She is a humble person who lives with her mother and a boy, Colin, that they saved from the street. They pretend to see ghost in order to trick rich people and that’s what they do for a living, even though it does not please Violet. One day though, the young girl discovers she is herself able to truly see ghosts and everything changes.

This is the first book in the saga, even though, except for a short-story, nothing has been published since this one in 2011. The book is characterized by a dark atmosphere more or less typical from the nineteenth century literature. London is a hard place to live and Violet and Colin do not always have something to eat. The mother is a terrible person who does not deserve to be called a mother, in fact.

In this dark daily life, Violet is a little bit oppressed and we have to slowly discover her through her sayings, through her mind… Until she reveals herself and gets free from her mother’s oppression. She is funny, quite smart and Colin, her friend is just as endearing and smart. It’s kind of a coming-of-age novel, even though its stays quite light, even though the atmosphere is dark and oppressing, I really enjoyed the story, I let myself being surprised by the revelations. Most of all, I was very interesting in the author’s point of view of ghost and the mechanism she builts around this. There was everything to make a great, deep and interesting novel, really, if you dig a bit in this fragile ground… But I was looking for a light reading so I liked it anyway.

To sum up, I would say it’s the kind of novel you wish to read being all wrapped up in a blanket with a hot drink.

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s