Littérature Anglophone

L’Assassin Royal tomes 1 & 2 de Robin Hobb.

The Royal Assassin, the first two books.

Assassin 1Assassin 2

4e de couverture du premier tome > Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant -par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

La naissance de Fitz, son nom même, nous éclaire dès les premières pages sur son destin : il sera rejeté, critiqué, haï, craint et sa vie, toujours menacée. De sang royal, il constitue une menace pour ceux qui visent le trône ; et fruit d’adultère, il ne peut pourtant y prétendre, à cette fameuse couronne. Ainsi le suit-on de longues années dans son existence pitoyable de garçon d’écurie, élevé avec autant d’attention qu’un chien et autant choyé qu’un paillasson. On découvre pourtant que Fitz est différent, il possède le Vif, une aptitude lui permettant de communiquer avec les animaux et de se lier à eux de manière si étroite qu’il pourrait y perdre sa propre identité. Néanmoins, ceux possédant un tel don sont chassés et Burrich, en charge du jeune garçon, l’empêchera longtemps d’en user. Cette première partie m’a parue terriblement longue, le narrateur qui n’est autre que Fitz, est tellement effacé qu’il nous apparait quelque peu retardé… Et si le Vif est un talent intéressant et qui aura son intérêt dans l’histoire de notre héros, la manière dont il est premièrement présenté n’a rien de compréhensible pour le lecteur : on suit un garçon qui aboie et dont les sens semblent surdéveloppés et au bout de nombreux chapitres seulement, on nous révèlera le pourquoi du comment. Je ne me suis donc pas attachée à Fitz dans ce premier tome, puisqu’on ne découvre jamais qui il est réellement. Il me faisait penser à ces chiens, si peureux qu’ils s’allongent lorsque vous les caressez  : un caméléon sans personnalité ni jugeote. J’aurais été, pour le coup, beaucoup plus intriguée si ç’avait été le Fou du Roi Subtil qui contait l’histoire.

Fitz’s birth and name already teach us what his life will be : he will be rejected, hated and his life will always be threatened since he is from royal blood enough to frighten the ones that are looking after the throne and yet, he is a half-blood prince so he can’t claim this crown. Hence his life as a stable boy, raised with as much devotion as a dog and with as much caring as a doormat. However, we discover that Fitz is different : he has the ability to create a link with animals, a link so powerful that he might loose his own identity if he is not enough careful. The ones who possess this ability are chased after and killed, accused of doing bad things, and so, Burrich, in charge of Fitz, prevents him from using this capacity. This first part seemed so terribly boring to me, honestly, the narrator (Fitz) appeared mentally retarded… And if his ability was interesting indeed, the way it was presented the first time it occured, was so messy that I did not understand something was happening (I thought it was part of the « Fitz is retarded » thing). So, I didn’t connect with the hero, since he never show us who he really is. Actually, I would have enjoyed the story a lot more if it was told by the eccentric character that is the Court Jester.

Lorsque le Roi décide de former Fitz à sa future profession : espion et assassin pour la maison royale, j’ai pensé que le rythme allait s’accélérer, les complots politiques nous être révélés et que je pourrais enfin me sentir prise dans l’histoire. J’avais tort, c’est resté terriblement mou. Cependant, on peut aussi critiquer le découpage français des tomes qui, comme pour la saga Le Trône de Fer, se retrouve cisailler en mille et uns morceaux, cassant le rythme et la volonté de l’auteure… Toutefois, les pratiques éditoriales peuvent être si rocambolesques qu’il vaut mieux ne pas se lancer sur le sujet.

When the King decides to train Fitz as a spy and an assassin, I though it would get better but the whole thing kept being so slow and uninteresting, it took me months to come back to it. I must say, in the French edition, the book is divided in several tomes that break the rhythm… Publishing houses makes weird choices and I better not talk about it, if not I wouldn’t be finished before the year ends…

Arrivant à la fin du tome et aux premières missions de notre héros « sur le terrain », les ennuis commencent à se dessiner mais là encore, c’est compliqué : le méchant, il se devine à six mille kilomètres à la ronde et si je ne fais qu’une chronique des tomes 1 et 2, c’est bien parce qu’on a la même figure antagoniste, qui possède autant de machiavélisme et de charisme que le dentier de ma grand-mère.

At the end of this tome, I thought the missions assigned to Fitz on the ground would improve everything, but once again, the villain is so predictible. That’s why I’m putting my review of the first two tomes in one article, since we have the same lame antagonistic figure.

J’ai trouvé le tome deux plus intéressant : on y découvre la véritable personnalité de Fitz, qui assume son don en nouant un lien très fort avec un loup (les passages qui m’intéressaient le plus au final), qui se professionnalise, qui commence à se rebeller aussi ; et le monde se complexifie. On rencontre un nouveau personnage, la Reine Patience, épouse de feu Chevalerie, personnage excentrique qui apporte son lot d’interrogations et devient une figure maternelle et aimante dans la vie bien platonique de Fitz. Je suis moins convaincue par l’histoire d’amour, un peu forcée et versant sacrément dans le harcèlement, que développe Fitz. Le conflit guerrier entre les Six-Duchés et les Outriliens, peuple qui attaque sans cesse le territoire du Roi Subtil, m’intéresse beaucoup mais il n’est pas du tout développé, alors me voilà d’autant plus insatisfaite.

However, I must confess the second tome was more interesting : we get to discover the real personality of the heroe, Fitz, who finally becomes at ease with his capacity by creating a deep link with a wolf (they were, actually, my favorite parts of the book), the lost boy finally becomes more efficient and confident in his work, which was nice to read. Also, the world-building becomes more complicated, and that’s something I really appreciate. A character from who we only heard of in the first tome becomes a really important in this tome, it’s Patience, the wife of the dead father of Fitz, his step-mother actually. She becomes a loving figure to him and that’s really nice for this lonely boy. However, I’m way more skeptical about Fitz’s love story with a humble girl of the city ; since it’s mostly based on a harassment-kind of relationship. One last point could have interested me as well, that is the military conflict between the kingdom in which Fitz lives in and the assaillants from overseas ; but it is not developed at all, so here we go back to unsatisfaction.

Le seul véritable point que je loue à cette saga est l’écriture et là encore, je ne lis que la traduction, donc je n’ai pas de véritable point de comparaison. Je suis un peu amère d’être passée à côté d’une saga si prônée mais j’ai tenté les deux premiers tomes et ça n’a pas pris, alors tant pis pour moi.

The only pleasurable point that I noticed about this saga was the writing-style and yet, I’m only reading the translation, which means I can’t really speak about that. I’m a bit disappointed with the fact that I didn’t enjoy it as much as everyone, especially since I love long sagas… But I read the first two tomes and I’m still not into it, so that’s it for me.

Publicités

Je suis une grande bavarde, si vous aimez papoter aussi, dîtes-moi ce que en avez pensé de votre côté, par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s